Let Me Stand Next to Your Flower


Shearwater – Demos by june75
June 5, 2008, 11:55 am
Filed under: Shearwater

Alors que le groupe est en passe de devenir le groupe indispensable du moment en raison d’un bien bel effort (voir plus bas), je me propose de vous présenter quelques démos issues du précédent album de Shearwater, Palo Santo. Ces démos sont présentes sur l’édition deluxe de cet album.

[mp3] Shearwater – Sing, Little Birdie (demo)
[mp3] Shearwater – Palo Santo (demo)
[mp3] Shearwater – Failed Queen (demo)



Aux dernières nouvelles #2 by june75
June 4, 2008, 11:51 am
Filed under: Calexico, Preview

J’aurais très bien pu en faire une seule et même chronique mais j’avais envie de rajouter une petite photo. Calexico, le formidable groupe basé à Tuscon en Arizona, sortira le 9 septembre prochain un nouvel album intitulé Carried To Dust. L’artwork reprend quelque peu celui de Tool Box du moins au niveau de la police de caractère. Au rayon des participations, on retrouva celles de Sam Beam d’Iron & Wine et de Doug McCombs du groupe Tortoise. A noter enfin le passage de Calexico le 14 octobre prochain à la Cigale à Paris.

[mp3] Calexico – Ocean of Noise (Arcade Fire cover)



Aux dernières nouvelles #1 by june75
June 4, 2008, 10:35 am
Filed under: Fleet Foxes, Okkervil River, Preview

Outre le fait que j’écoute et apprécie comme il se doit le premier album de Fleet Foxes, je ne pouvais pas passer à côté de l’occasion de vous parler du nouvel album de Okkervil River qui sortira début septembre. The Stage Names, paru l’année dernière, devait être à l’origine un double album. Pour combler ce vide, la bande de Will Sheff a donc décidé de sortir The Stand Ins, c’est son nom. Ainsi vous savez enfin à qui appartient la main présente sur l’artwork de The Stage Names.

[mp3] Fleet Foxes – Blue Ridge Mountains
[mp3] Okkervil River – Lost Coastlines (live on WOXY) (extrait de The Stand Ins)



Shearwater – Rook by Emmanuel
June 3, 2008, 9:10 am
Filed under: Okkervil River, Review, Shearwater

Aujourd’hui sort dans les bacs le dernier album de Shearwater, intitulé Rook. Il s’agit du groupe de Jonathan Meiburg qui, comme je le signalais dans le post précédent, a décidé de quitter les fonctions qu’il occupait (guitare, banjo et chœurs) au sein de l’excellent groupe Okkervil River pour se consacrer entièrement à ce side project qui n’en donc plus un. Shearwater était à l’origine un projet que menaient Will Sheff et donc Meiburg. Sheff n’en fait plus partie à proprement parlé (il est cité comme “alumni”, ancien élève en français sur le MySpace de Shearwater). Depuis quelques jours déjà circule un extrait de cet album titré Rooks. Ceci m’avait mis, comme à une grande partie d’entre vous je pense, l’eau à la beau.

Si l’on décidait de se concentrer un peu plus sur l’album à proprement parlé on retiendrait deux choses. Premièrement, c’est que l’attente valait le coup. Dès On the Death of the Waters, l’auditeur est parfaitement mis en condition: cet album ne pourra qu’être superbe. On est d’emblée touché par la parfaite construction de ce morceau tout d’abord tendre pour ensuite devenir plus nerveux. L’ensemble de l’album est pour tout dire le résultat d’un formidable talent de composition et d’un lyrisme qui frappe en plein cœur. Comment ne pas être en effet émerveillé par ce Home Life, long de plus de sept minutes, ou encore par Lost Boys.

Ensuite, je remarque encore une fois que très les bons albums, enfin ceux qui me touchent, sont trop courts. Ce n’est pas nécessairement vrai d’un point de vue strictement minuté (bien que Rook ne dure même pas quarante minutes) mais il ne vous a pas échappé que tout ce qui est plaisant passe toujours trop vite. Tout comme en ce moment même, alors que je suis en train d’écouter le très beau avant-dernier titre, The Snow Leopard, et que je me dis que c’est bientôt la fin. Les solutions? Elles existent. A commencer par écouter encore et encore cette véritable perle. Highly recommended comme disent les Américains.

[mp3] Shearwater – The Snow Leopard



They have come back from the dead aaaaah! by Emmanuel
June 2, 2008, 9:32 am
Filed under: My Brightest Diamond, Shearwater, Sigur Rós, Wolf Parade

Le mois de juin, ça ne vous aura pas échappé, vient juste de démarrer. Il amène avec lui un cortège d’albums qui sont plus qu’attendus par la blogosphère indie rock. Parmi eux, les excellents canadiens de Wolf Parade dont le At Mount Zoomer devrait sans trop de difficultés comblé les admirateurs de Apologies To The Queen Mary. Nous aurons droit également au dernier album de Shearwater (groupe auquel Jonathan Meiburg, ancien de Okkervil River, a décidé de se consacrer entièrement), Rook pas plus tard que demain. A retenir également la sortie de Með suð í eyrum við spilum endalaust, dernier opus de Sigur Rós, et A Thousand Shark’s Teeth de My Brightest Diamond.

[mp3] Wolf Parade – Fine Young Cannibals
[mp3] Shearwater – Rooks
[mp3] Sigur Rós – Gobbledigook
[mp3] My Brightest Diamond – Inside a Boy



Liars – Drum’s Not Dead by Emmanuel
June 1, 2008, 1:47 pm
Filed under: Liars, Review

J’aime Liars. J’aime leur côté “avant-garde” tellement provocateur. J’ai découvert le groupe avec Drum’s Not Dead. J’avais lu alors, ça et là quelques chroniques pour le moins évocatrices. On parlait alors de “fous”, de “défricheurs” et le terme “album-concept” me faisait baver d’envie. Nous étions en 2006, j’étais à cette époque plus jeune et mes oreilles n’étaient pas encore tout à fait habituées à ce genre de disque. Car Drum’s Not Dead est un disque différent.

La construction d’un tel disque s’annonçait pour le moins casse gueule. Hors c’est avec un réel talent que le trio (Angus Andrew, Aaron Hemphill, Julian Gross) parvient à bâtir une oeuvre d’une complexité rare. On l’a compris, il s’agissait de nous montrer l’immense potentiel de la batterie ainsi que toute sa palette sonore. Et force est de constater que cet instrument prend avec cet album une toute autre dimension. Bien loin de jouer les simples accompagnateurs, notre batterie et nos percussions sont projetées sur le devant de la scène. Les douze morceaux qui composent Drum’s Not Dead sont autant d’éloges de la complexité et d’odes à la créativité.

Mais il serait dommage de ne s’arrêter qu’à une vision globale de cet opus à la fois froid et irrésistiblement attirant. Le fait est que la première écoute (tout autant que les neuf autres qui suivent) déroute. C’est le moins que l’on puisse dire. Drum’s (on l’appellera désormais comme ça, pour des raisons évidentes de rapidité) s’ouvre sur Be Quiet Mt. Heart Attack! sorte de brume aux accents apocalyptiques où les sons de guitares se superposent. Suit Let’s Not Wrestle Mt. Heart Attack, sorte de marche lente et hésitante, à l’image du personnage. Car il faut savoir une chose: Drum’s contient une opposition de caractère, de manière d’être entre deux personnages inventés de toutes pièces, Mt. Heart Attack et Drum. L’un, le premier, semble incarné l’hésitation et le manque de confiance en soi alors que le second est une force qui va, que rien n’arrête, déterminée et autoritaire. Une fois que l’on a assimilé ces deux entités, la compréhension de l’album est, il me semble, tout de suite plus évidente. A Visit From Drum est ainsi proposé sur des bases très concrètes: l’irrésistible avancée d’un corps que rien n’arrête et une détermination sans faille que les percussions retranscrivent à merveille. Le chef d’œuvre du disque est selon moi The Wrong Coat for You Mt. Heart Attack où la voix de Angus Andrew (magnifique de justesse et de retenue) accompagnée des chœurs de ses compères et de l’ambiance oppressante font merveille. Hold You, Drum, le titre suivant, tranche littéralement par son aspect entêtant, une rude épreuve pour vos oreilles. It’s All Blooming Now Mt. Heart Attack est une plage calme, sans doute la plus calme de l’album, sorte de pause bienvenue avant de s’attaquer à Drum and the Uncomfortable Can où le caractère précédemment évoqué de notre cher Drum est ici confirmé. L’album se conclue avec The Other Side of Mt. Heart Attack, une rêverie surprenante au vu du reste mais d’une facture tout aussi remarquable.

Vous l’aurez compris, Drum’s Not Dead est un album qui m’enthousiasme. Son côté expérimental en est bien sûr la cause principale. Je ne saurais que trop vous conseiller de vous y plonger si ce n’est déjà fait. Ne vous fiez pas aux premières écoutes, trop déroutantes pour être sources d’un avis fiable et définitif. Il s’agit d’un album complet, complexe et remarquable. Je n’ai plus qu’à vous dire que cet album a été enregistré dans les studio Planet Roc à Berlin et vous savez tout.

[mp3] Liars – The Wrong Coat for You Mt. Heart Attack



Ratatat – LP3 by Emmanuel
June 1, 2008, 11:51 am
Filed under: Preview, Ratatat

Le duo New-Yorkais Ratatat sortira le 8 juillet prochain son troisième album sobrement intitulé LP3. Les deux membres, Mike “Snake” Stroud et Evan “E*Vax” Mast, ont enregistré un studio appelé Old Soul dans un bled de l’état de New-York. L’album sera, comme les deux précédents efforts du duo, publié sur le label XL Recordings.

[mp3] Ratatat – Shiller
[mp3] Ratatat – Mirando